Afrique du sud



AFRIQUE DU SUD 
 du 16 septembre au 18 octobre 2001 - 8440 km  - 2ème voyage
 

Afrique du sud


Voyage en CAMPING CAR de location 
 
Dimanche 16 septembre Départ Montpellier à 13h30 - Départ Londres à 19h30 
Notre voyage se situant quelques jours après l’attentat en Amérique, il y avait une vraie panique pour la sécurité, particulièrement à LONDRES. Cela a été une affreuse galère, attentes hors de l’aéroport, debout, filtrages pour l’entrée, contrôles à outrance.  Il fait très chaud.  Heureusement on nous distribue de petites bouteilles d’eau minérale. 
 
Lundi 17 septembre 
Arrivée à JOHANNESBOURG à 7h30 Récupérons nos camping cars chez Maui : Etat des lieux – Accueil très sympa. 
Shopping dans un supermarché proche avant le départ.  Déjeuner à 14 h.  Philippe, employé de l’agence, nous accompagne pendant deux jours.  Le soir, arrêt au parc du PILANESBERG et nuit au camp « Mayane » à l’entrée de la réserve. Très bien. 
 
Mardi 18 septembre 
En route pour la visite de la réserve dans nos camping cars.  Sommes gâtés pour la première journée car nous voyons beaucoup d’animaux : hippopotames impressionnants, rhinocéros, girafes, crocodiles, gnous, babouins, reedbuks, bontebuks , zèbres, impalas,….. Nuit au même camping. 

Afrique du sud

Mercredi 19 septembre 
 Aujourd’hui, journée mouvementée : • 1er épisode : Marcel vide un bidon de 10 l d’eau dans son réservoir d’essence ……  Nous appelons la maintenance du camping à l’aide : démontage du réservoir, vidange, nettoyage .  “How much is it Sir ?” “It’s free Sir !”.  Cela fait, parait-il, partie de la sécurité et des services du camping.  Incroyable !!!  C’est gratuit !!!  • 2ème épisode : C’est notre tour  : fuite au tuyau d’eau – donc prise d’air – donc problème de débit d’eau …..  Là nos bricoleurs se débrouillent, c’est tout à fait dans leurs compétences !!!  Et tout rentre dans l’ordre. C’est l’heure du déjeuner, pris sur le camping. Beaucoup d’oiseaux autour de nous, et les plus gros, les gros hornbill (calaos à becs jaunes ou rouges), sont très effrontés et ne laissent la place à personne d’autre. 

Afrique du sud


Ensuite prenons la route. A MAFIKENG  trouvons un camping dans une réserve pour passer la nuit.  Joli camping, mais beaucoup de gadoue : il pleut ! 
• 3ème  épisode : nous avons une fuite au lanterneau au-dessus de la table, donc au-dessus du lit : belle nuit en perspective !! Allons nous coucher.  Pas question de faire quoi que ce soit ce soir. Mais belle nuit en perspective !! 
 
Jeudi 20 Septembre 
Avons été réveillés toute la nuit :  orages effrayants, éclairs, pluie torrentielle.  Colmatage de fortune, mais il n’y a plus que la moitié du lit de sec : nous nous serrons bien, ce n’est pas si mal ! Dans la journée trouvons le nécessaire pour réparer notre lanterneau.  Marcel et Jean refont l’étanchéité.  Tout est OK !! Le soir nous nous nous arrêtons dans un camping à OLIFASHOEK. 
 
 Vendredi 21 septembre 
Journée de route. Départ 7h30. Passage à la banque à UPINCTON. En route pour le Parc National KALAHARI GEMSBOK. 144 km de bonne route, puis piste affreuse. 
Jacques tombe en panne d’essence.  Partons pour essayer d’en trouver avec Henri. Mais c’est un endroit où les postes à essence n’existent pas.  Nous le savions pourtant, mais Jacques a été imprudent. Par chance deux voyageuses nous dépannent et refusent d’être payées. Sympa. Avant l’entrée du parc Marcel perd son réservoir d’eau.  Réparation de fortune.  Rien d’étonnant, vu l’état de la route tout est ébranlé, ces pauvres campings sont à rude épreuve. On comprend pourquoi certains loueurs n’acceptent pas que leurs véhicules aillent dans ce parc, ou font payer un supplément.   
Tout cela nous fait perdre beaucoup de temps et nous entrons au parc à 18h15.  Il était temps : le parc ferme à 18h30 ! Heureusement car il est interdit de circuler dans le parc après 18h30.  (Quelle était la solution dans ce cas ???). Nous nous installons au camping de « Twe Rivierain »qui se trouve à  l’entrée du parc.  
Il y a beaucoup de nids de tisserins dans les parages.  Ils s’installent partout, sur les arbres, sur les pylônes qui disparaissent complètement sous ces constructions très élaborées.  On se demande comment ces petits oiseaux retrouvent leur nichée dans cet imbroglio de petits trous qui partent dans tous les sens.   
Dès notre installations, les petits grounds squirrels (écureuils terrestres) viennent réclamer des gourmandises.  Ils ne sont pas effarouchés du tout. 
Coucher de bonne heure, nous nous levons tôt demain matin. 

Afrique du sud

Samedi 22 septembre 
Partons du camp à 6h30, dès l’ouverture, à la rencontre des animaux : des sprinboks, des impalas, des outardes de Kori, des serpentaires majestueux (superbes), des gnous …..et des gemsboks (oryx).  Ces derniers sont les emblèmes du Parc. Avec leurs cornes de 1 m de long, pas rassurantes du tout,  leur magnifique robe grise et noire, ils sont splendides 
Sur la route du retour, 10 min avant le retour au  camp, le clou de la journée : sur une petite crête dominant la plaine, dans la lumière du soleil couchant, s’offre à nous une vision de rêve : trois lionnes entourant un lion majestueux , tournés face au soleil profitant de la fin du jour ! 
Nuit au même camping.  Journée bien remplie. 

Afrique du sud

Dimanche 23 septembre 
Nous partons du camp à 7h00, direction UPTINTON.  Journée de route dans le désert rouge.  Arrêt pour passer la nuit au camping de PROFONDER. 

Afrique du sud

Lundi 24 septembre 
Départ 7h00.  Arrêt pour visiter la réserve de Wild Flowers GOEBAP, à l’entrée de SPRINBOK. Nous sommes dans la NAMAQUALAND, région aride partagée entre l’AFRIQUE DU SUD et la NAMIBIE, et divisée en deux par le fleuve Orange. Elle s’étend le long de la côte de l’Atlantique sur plus de 1000 km.  
Cette région est très populaire pour les touristes locaux et étrangers au début du printemps austral (automne pour nous), lorsque, pour une courte période, cette zone normalement aride, est recouverte d’une multitude de couleurs durant la saison de la floraison.   Nous avons la chance de nous y trouver à la bonne saison pour voir cette merveille : un désert fleuri ! Des fleurs de toutes les couleurs à perte de vue.  La nature a dessiné la plus belle palette de peintre qui soit.  Un enchantement. 
Nous parcourons cette immensité de fleurs sauvages pendant une partie de la matinée en camping cars. Collines, grands champs fleuris, rocailles…. .Le paysage en est illuminé. 

Afrique du sud

Nous rejoignons ensuite BITTERFONTEIN et passons la nuit dans un camping désaffecté. 
 
Mardi 25 septembre   
Journée de route avec arrêt au port de  LAMBERT’S BAY pour voir les colonies d’oiseaux : D’abord des Cormorans dans le port sur les rochers et les mâts des bateaux.  Puis plus loin des fous du Cap, superbes oiseaux marins de grande taille. Une très grosse concentration très serrée, vacarme assourdissant .  Egalement, un peu plus loin sur une plage, beaucoup de pingouins à lunettes qui attendent patiemment le retour de pêche de leurs congénères 

Afrique du sud

Nuit au camping de MOORESBURG. 
 
Mercredi 26 septembre 
Arrivée à CAPE TOWN (LE CAP) capitale législative de l’AFRIQUE DU SUD, à 9h30.  Un moment de bonheur quand on contemple, avant d’arriver, cette ville adossée à la Montagne de la Table.  Un cadre époustouflant, un moment unique. Autour d’une des plues belles baies au monde. 

Afrique du sud

Montée au sommet par le téléphérique, sauf Ginette, Marcel, Jean et moi qui avions déjà fait un voyage en Afrique du Sud en 1997.  Ils n’ont absolument rien pu voir du sommet de la Montagne car ils ont été dans le brouillard tout le temps.  Nous ne regrettons pas de nous être abstenus.  
Déjeuner dans un resto dans le hall du Centre Commercial  Victoria et Albert.  Flânerie dans l’immense Centre à plusieurs étages, puis promenade sur les quais.  Nous écoutons un orchestre qui donne l’aubade derrière le Centre.  Nous aimons beaucoup et leur achetons un CD pour l’écouter dans le camping car. 

Afrique du sud

Le soir montons à Signal Hill sur la même route que Lions Head  que nous avons grimpés au voyage précédent. Colline située et au dessus du CAP et face à la Montagne de la Table, sur laquelle nous allons dormir cette nuit.   Dommage, il pleut et nous ne pouvons pas jouir du superbe panorama (qu’heureusement nous connaissions déjà). Voyons quand même deux superbes arc-enciel. 

Afrique du sud

Jeudi 22 septembre 
Direction le CAP de BONNE ESPERANCE .  Montée au phare à la pointe du Cap.  C’est grandiose ! Ce sont les « 40èmes rugissants » et ils portent bien leurs noms.   
Nous déjeunons face à l’océan déchaîné, dans notre camping car, moment unique en pensant que l’on se trouve dans ce lieu mythique. Quelle vue, quelle sensation de plénitude ! 

Afrique du sud

Dans la réserve voyons beaucoup de babouins,  quelques cervidés et des étendues de protées (les fleurs emblématiques d’Afrique du Sud), fleurs magnifiques, énormes,  aux multiples espèces. La route est très belle jusqu’à BETTY’S BAY où nous nous arrêtons dans un camping pour passer la nuit. 

Afrique du sud

Vendredi 23 septembre 
Départ tôt. Longeons la côte. Une petite bruit bizarre venant d’un pneu commence à nous inquiéter  Après vérification nous constatons qu’il est fendu sur toute la bande intérieure, ce qui était difficile à trouver au début.  Nous le changeons par la roue de secours. 
Ce problème réglé, continuons la route jusqu’à HERMANUS, lieu idéal pour voir les baleines.  Arrêt en bord de mer, à l’est de la ville.   Dans la baie l’eau est agitée, le soleil encore bas brille à l’horizon et donne des reflets argentés à l’eau . Et devant nous, à nos pieds, une grande agitation : des baleines, beaucoup de baleines avec leurs jeunes baleineaux se livrent à toutes sortes de « cabrioles » .   C’est la récréation !   Un spectacle extraordinaire  Nous sommes  subjugués. On voit de près leurs grosses bosses sur le dos couvertes de coquillages fossiles. Ils sont énormes.  Caméras et appareils photos chauffent.  Mais il est difficile de fixer sur la pellicule ce ballet aquatique. Nos yeux ne savent plus où regarder. C’est trop beau !!! 
Puis, plus loin, nous trouvons une colonie de manchots du Cap en bord de plage.   Avec leur yeux bordés de rose et leurs habits de cérémonie qu’ils sont drôles !   Tous en rang, à la queue leu leu, ils vont se jeter à la mer pour chercher la nourriture pour leurs rejetons qui attendent.  Ils sont protégés par une énorme fourrure qui les rend maladroits et touchants. Ceux qui reviennent du large sont magnifiques, brillants.  Ils sont impeccables, on les dirait sortis d’une boite. C’est extraordinaire. 

Afrique du sud

L’après-midi, 2ème alerte, même bruit à l’autre pneu.  L’un après les autres les copains viennent s’asseoir derrière dans le camping car pour essayer de déceler le bruit. Mais aucun ne remarque rien d’anormal et ils pensent qu’il n’y a aucune raison de nous faire du souci. Cependant, avec Jean nous ne sommes pas rassurés, mais pourtant ne voyons rien d’anormal sur ce pneu. Peut-être sommes nous inquiets pour rien, comme nous le disent nos amis. 
Malheureusement, en fin d’après-midi, c’est la catastrophe qui vient confirmer nos craintes : d’abord un grand bruit, puis nous partons dans tous les sens.  Le camping car devient incontrôlable . Et je me demande comment nous ne nous sommes pas renversés.  Nous étions bien partis pour cela. .  Nous faisons toute la route, un coup à droite, un coup à gauche et nous arrêtons de justesse un peu avant un car qui venait en face.  Nous avions éclaté !! Jean a eu des réflexes formidables qui lui ont permis de rétablir en douceur l’équilibre de notre gros véhicule. Et je dois dire modestement que j’ai été moi-même très bien : pas un mot, pas un cri, et pourtant mon Dieu que j’ai eu peur !!  C’est vite raconté, mais  nous avons eu l’impression que cela a duré une éternité. Nous nous en sortons bien malgré tout. Le camping car moins bien : la roue et le cache roue du pneu éclaté se sont encastrés dans le coffre arrière qui présente un trou béant.  Mais on verra cela après. Nous vidons le coffre de nos affaires qui ont été un peu malmenées et  nous mettons la roue de secours d’un copain car nous n’en avons plus nous-mêmes, n’ayant rien trouvé pour faire réparer la nôtre ; ensuite nous allons à HEIDELBERG.  Le soir grillade collective pour nous changer les idées car tout le monde a eu très peur. 

Samedi 29 Septembre 
Achat d’un pneu et du matériel pour réparer le camping car.  Puis nous repartons tard dans la matinée.  
Arrêt au port de MOSSEL BAY.  C’est dans cette baie que le navigateur portugais Bartholomé DIAS accosta en 1448.  Cet endroit fut baptisé MOSSEL BAII (Baie des Moules) car il y trouva des  moules en abondance. Nous visitons le Musée Maritime où nous voyons la réplique de la caravelle du navigateur.  Copie exacte, en le visitant on est effaré de découvrir dans quel genre d’embarcation ils traversaient les océans, surtout quand on voit comment sont les éléments dans ces parages , surtout sans savoir où ils allaient … Cela laisse tout pensif, et  admiratif.    
Le soir arrêt dans un camping au bord du lagon de KNYSNA où nous réparons les dégâts causés au camping car.  En plus le camping car a besoin d’un grand ménage car, avec ce trou au plancher, toute la poussière de la route s’est infiltrée à l’intérieur.   Nous profitons aussi de faire la réparation finale au réservoir d’eau de Marcel. Ginette n’en peut plus de jongler avec ses bidons d’eau, et on la comprend !

Dimanche 30 septembre 
KNYSNA est un endroit ravissant et surprenant avec des maisons construites sur pilotis, au bord d’un magnifique lagon , et protégée des assauts de la mer par d’immenses falaises. 
Notre itinéraire d’aujourd’hui emprunte la Route jardin,  (« la garden road ») qui porte bien son nom.  C’est l’un des sites touristiques les plus prisés.  Des jardins, mais aussi des forêts aux essences rares, des lacs, des plages magnifiques bordées de dunes, sur une étroite bande côtière.  Nous nous arrêtons  à JEFFREY BAY pour le repas. 

Afrique du sud

Arrivée au Parc ADDO ELEPHANT à 16h30.  Mado s’étant fait mal au pied depuis trois jours et ne guérissant pas, je vais avec elle et son mari chercher un docteur, afin de les aider dans les traductions.  Nous nous adressons au poste de Police du parc pour trouver un médecin.  Difficile car c’est dimanche.  Nous en trouvons un à son domicile qui, très sympa, nous emmène jusqu’à son cabinet et fournit les médicaments, car elle fait une infection.  
Le soir dormons au camp du Parc Addo Elephant après nous être fait une bonne grillade . 

Afrique du sud

Lundi 1er octobre 
Nous nous mettons en route à 7h00 pour parcourir les pistes du parc.   Des bubales roux magnifiques, de grosses tortues, chacals, deux serpents, duikers, nombreuses biches.  Et puis des éléphants, beaucoup, beaucoup. Des troupeaux entiers avec des jeunes, des moins jeunes, des tout petits.  Les jeunes s’arrosent dans les trous d’eau.  Puis ils décident de passer de l’autre côté de la route à la queue leu leu, juste devant nos camping cars, la femelle dominante au bord de la route, attendant que toute la troupe traverse.    Nous sommes très excités et émerveillés.  Nous restons un temps interminable mais n’arrivons pas à nous décider à quitter le spectacle.  Il y en a qui passent devant le premier camping car (nous), d’autres qui passent juste derrière.  Tout le monde peut en profiter.  C’est fantastique. 

Afrique du sud elephant
Afrique du sud
Celui du milieu est tellement près que je ne peux que lui faire un gros plan et demander à Jean de dégager  au plus vite ! Ensuite nout quittons le parc, avec regret, après avoir déjeuné. 
Nous nous arrêtons à KIRKWOOD pour téléphoner au SWAZILAND afin de réserver nos places pour un safari à la réserve de M’KAYA, celle où nous étions allés en 1997 et dont nous gardons un souvenir inoubliable.  C’est très laborieux  pour avoir la communication.  Nous y passons plus de deux heures. Enfin, rendez-vous est pris.  Il faut penser au coin pour la nuit. 
Nous rencontrer un afrikaner qui fait camping à la ferme et nous dit de le suivre pour aller passer la nuit chez lui.  Prenons une piste dans une vallée très étroite bordée de chaque côté par de hautes montages.  C’est très sauvage, le bout du monde …Nous n’en voyons plus la fin.  Il a de très jolies biches dans les prés entourant  sa ferme où nous nous installons. Tout autour, réserve avec des animaux. Il nous prépare le feu pour notre grillade dans la cour de sa maison et nous mangeons tous ensemble  . 
Afrique du sud

Mardi 2 octobre 
Ce matin à 6h00, alors que tout le monde dort encore,  nous partons avec Jean découvrir les environs.  Rencontrons un groupe de sprinboks qui broutent dans le calme du petit matin , éclairés 
par les rayons du soleil levant.  Ils nous surveillent du coin de l’œil.  C’est fascinant. Que la nature est belle a cette heure matinale de la journée. 
Partons après le petit déjeuner et nous arrêtons pour une brève visite de la ville de GRAAF REINET, appelée le joyau du désert du KAROO.  Centre agricole florissant, réputé pour sa production de laine mohair, ses élevages de moutons et d’autruches. 
Puis prenons la piste pour la Vallée de la Désolation , non loin de la ville, où nous déjeunons.  Nous montons ensuite au point de vue au-dessus de la vallée, dans un cadre de rochers énormes, où nous découvrons un superbe panorama sur la ville et la vallée. 

Afrique du sud

Nous finissons la journée au Parc National ZEBRA , en pleine région du KAROO, où nous faisons le circuit le plus court car il est un peu tard.  Cela ne nous empêche pas de voir beaucoup d’animaux : d’abord des zèbres de montagne du Cap qui ont donné leur nom au parc, fondé au départ pour la préservation de ces zèbres. Celui-ci diffère des zèbres des plaines par des bandes plus étroites et la coloration orange du visage. Nous les trouvons plus beaux que les autres. Mais il y a aussi des bubales roux, animaux magnifiques que nous trouvons particulièrement beaux, des élans, des springboks. 

Afrique du sud

Malgré que nous ayons emprunté le circuit le plus court, cela nous a pris plus de temps que prévu. De plus, nous perdons beaucoup de temps à contempler tous ces animaux. Le temps passe trop vite. Et, finalement, il nous faut faire la course à la lumière d’un superbe clair de lune qui nous escorte jusqu’au camp où nous arrivons juste avant la fermeture.

Mercredi 3 octobre. Aujourd’hui parcourons le 2ème circuit du parc. Environnement tout à fait différent, en pleine montagne, piste escarpée et mauvaise, mais grandiose , belle végétation. Traversons des ruisseaux, longeons un lac, voyons des échassiers, vraiment une nature sauvage et variée. Quittons le parc pour une route monotone, avec de grandes étendues plates

Nuit dans un camping près de VANDEDENSRUS, à une trentaine de kilomètres de la frontière du LESOTHO. 
 
Jeudi 4 octobre  
Passons la frontière du Royaume du LESOTHO de bonne heure afin de ne pas trouver trop de monde, mais il y a quand même la foule des Basothos , habitants du LESOTHO , qui vont travailler en AFRIQUE DU SUD.  Mais dans ce sens, cela ne nous gêne pas.

Afrique du sud

Le LESOTHO est enclavé en AFRIQUE DU SUD.  Entièrement dans la chaine du DRAKENSBERG « la Montagne du Dragon » , le pays ne se trouve jamais en dessous de 1400 m d’altitude et beaucoup de sommets dépassent les 3.000 m. 
Traversons une belle région de montagnes, apparemment assez prospère : champs cultivés, troupeaux .  Jolies cases ocre très foncé ou roses , en pierres de plusieurs couleurs.  Les gens sont accueillants.  Petits et grands nous font de grands bonjours : nos véhicules sont une denrée inconnue chez eux !! 

Afrique du sud

Nous allons jusqu’à MODIJA où se tient un festival du 4 au 7 octobre. Au village nous sommes également bien accueillis. Il y a un immense espace où sont dressés tous les chapiteaux y compris ceux des ONG.  C’est aujourd’hui la mise en place. 
Nous profitons de l’ambiance, beaucoup d’autochtones ont le chapeau typique du pays ou sont enveloppés d’une grande couverture, tenue très courante dans un pays au climat très rude . D’autres sont en tenues très modernes, en particulier des femmes très élégantes. 
Il y a les visiteurs qui pique-niquent dans les prés autour du site.  Nous faisons pareil nous aussi après la visite. Il y les stands où l’on fait des grillades au barbecue, il y a les gamins qui font marcher leurs petites voiture faites par eux-mêmes, avec des boites, des bobines et qu’ils guident adroitement , petits inventeurs en herbe : ça roule, ça tourne, ça freine, c’est la course sur le mauvais chemin.  Ils sont heureux et fiers de montrer leur dextérité. Quand on pense à la débauche de jouets coûteux qu’il faut pour distraire les enfants de chez nous, cela laisse rêveur. …. 

Afrique du sud

Ils sont ravis de nous faire essayer leurs chapeaux et nous nous amusons nous aussi.  J’en ai d’ailleurs ramené un en France, ce qui n’a pas été très pratique dans l’avion soit dit en passant. Mais c’est si joli , bien fait et typique. Beau souvenir.

Afrique du sud

Repartons afin de pouvoir repasser la frontière le soir même. 
Sur le chemin du retour, il s’avère que nous n’en n’avons pas fini avec nos problèmes de pneus ! Cette fois, c’est celui de l’avant droit qui a des hernies.  Changement de pneu.  Désormais plus de roue de secours sur aucun camping car !! Croisons les doigts : que personne ne crève ! 
Grosse queue à la frontière pour sortir du LESOTHO.  A pied et en voiture.  Les habitants du LESOTHO rentrent de travailler  en Afrique du Sud.  Heureusement, nous sommes encore une fois dans le bon sens de la file ! 
Nous arrivons quand même à passer avant le soir, les formalités ne sont pas compliquées. Nous couchons donc en AFRIQUE DU SUD, au camping  de FRISBURG. 
 
Vendredi 5 octobre 
Entrons dans le Parc National du GOLDEN GATE (la porte dorée), massif montagneux offrant des paysages spectaculaires. Imposant rocher dès l’entrée , aux reflets dorés lorsque  le soleil fait briller cette impressionnante falaise de gré.  Paysages très diversifiés : belles roches ocres, hautes falaises, immenses montagnes désertiques, lacs, grandes étendues.   Nature aride, mais si belle, déclinant toutes les teintes, du rouge à l’ocre jaune.

Afrique du sud

L’après-midi nous nous arrêtons au Village Culturel Basotho (ethnie de la région et du LESOTHO) niché aux pieds des montagnes, au cœur du parc.  Un guide nous fait faire la visite de l’écomusée, village construit par les peuples Basotho et sotho qui y travaillent.   C’est très intéressant.  Nous voyons l’évolution de l’architecture des huttes à travail les époques.. Travail remarquable.  .Les toitures sont une œuvre d’art. 

Afrique du sud

Après le repas, nous partons vers le DRAKENSBERG. Magnifique région montagneuse que nous avons longuement visitée lors de notre dernier voyage et que nous ne nous lassons pas de revoir . 
D’abord l’Amphithéâtre : 8 km de hautes falaises en arc de cercle. C’est imposant, grandiose. Puis arrêt pour la nuit dans un camping à BERVILLE. 

Afrique du sud

Samedi 6 octobre 
Continuons notre circuit dans le DRAKENSBERG jusqu’à Cathedral Peak. Traversons le Zululand (le pays des zoulous) et voyons des villages de cases superbes, authentiques, d’une propreté impeccable, à l’intérieur et alentour.  Par chance, le soleil nous sourit. 

Afrique du sud

Le soir couchons dans le camping de la petite réserve Umbalazi à MTUNZINI. 
 
Dimanche 7 octobre 
Nous nous levons tôt avec Jean et allons faire le tour de la réserve. Rencontrons des singes,  et en particulier une famille au grand complet, papa, maman et bébé qui s’épouille consciencieusement.  Continuant notre promenade matinale nous découvrons alors de beaux oiseaux et échassiers au bord d’un lac.  La flore qui nous entoure est grandiose : arbres immenses superbes, palmiers en quantité. 

Afrique du sud

Les copains réveillés, nous allons au Parc National d’ HLUHLUWE et UMFOLOZI , un des plus anciens et des plus grands d’AFRIQUE DU SUD, qui comprend les deux réserves reliées par un corridor. Paysage de collines arborées et couvertes de savane,  traversé par les rivières Hluhluwe et Umfolozi. Réputé pour sa grande population de rhinocéros blancs. Mais aussi une faune très riche, grande variété d’oiseaux, mammifères, à peu près tout ce que l’on peut voir en AFRIQUE DU SUD.  
Nous y passons la journée. Et nous pouvons constater que la réputation de ce parc est bien conforme à la réalité car nous voyons aujourd’hui un grand nombre d’animaux à cornes : koudous, impalas, cobes, antilope, gnous, etc. etc… D’énormes rhinocéros blancs et leurs bébés, deux troupeaux de buffles impressionnants. 

Afrique du sud

Trouvons un camping à MONZIN.  Nous nous y installons, comblés par notre journée de grandes rencontres. 
 

Lundi 8 octobre 
Gros orage le matin. Arrivons quand même à faire une promenade de 2h en bateau  sur l’estuaire de la ST LUCIA , le plus grand d’Afrique, réputé pour sa population d’hippopotames, de crocodiles et d’oiseaux.  
Nous sommes servis :  Des aigrettes, aigles pêcheurs, tisserins faisant leurs nids dans les roseaux, et puis la mangrove. Et surtout beaucoup d’hippopotames : bêtes énormes, placides mais impressionnantes.  Nous en approchons de si près que nous avons peur qu’il n’y en ait un sous le bateau qui nous fasse chavirer ! C’est peu réjouissant, vu notre environnement. Et moi qui ne sais pas nager, je me vois mal au milieu de ce parterre de monstres ….. 

Afrique du sud hippopotame

Au retour nous nous arrêtons au petit marché en bord de route dans le village : superbes fruits exotiques en abondance et variés.  On achèterait tout, et nous ne nous privons pas ! C’est délicieux et pas cher, ce qui ne gâte rien. Nous faisons aussi, petits souvenirs obligent, une visite aux étalages d’art africain artisanal.  Il y a de très belles choses, mais trop grosses pour être emportées par avion. Maintenant nous pouvons aller déjeuner, et nous nous installons sur la plage, au bord de l’océan indien. 
Le soir nous allons  au camping  de PONGOLA, à 30 Kms de la frontière du SWAZILAND  où nous avons R.V. le lendemain matin. 

Afrique du sud

Mardi 9 octobre 
Passons la frontière très tôt.  Perdons quand même 1h.  Entrons dans la réserve de  M’KAYA où nous sommes attendus  à 10h00. 
Premier safari en 4 X 4, dès notre arrivée après avoir posé nos sacs dans nos « appartements » : une grande case par couple (en particulier celle d’Andrée et Henri dans laquelle ils se sentent tout petits).  Ronde,  entièrement ouverte sur la brousse, et avec tout le confort s.v.p : salle de bain,  beaux  lits jumeaux en bois décoré,  moustiquaires, sans oublier le joli pot de chambre sous le lit (avec l’œil au fond, comme pour les jeunes mariés !) Et aussi petit salon de jardin devant la case..  Ils se sont modernisés depuis notre dernier passage en 1997 et c’est très différent. Nous ne sommes pas presque seuls comme la dernière fois , où il y avait seulement un autre couple en plus des trois nôtres..  Mais notre installation est très sympathique , chaque couple isolé dans la forêt. 

Afrique du sud

Repas à 13h00 puis repos jusqu’à 16h00 dans notre case de luxe.   Le rêve, on se sent si bien ! 
2ème safari .  Cette fois à pied.  Nous allons à la rencontre des rhinocéros accompagnés de leurs petits, énormes, impressionnants avec leur grosse corne..  Ce sont des rhinos blancs, au museau carré  car ils sont herbivores. C’est enivrant de marcher dans la brousse et de se trouver au milieu de telles bêtes.  Naturellement notre guide, muni de son fusil,  ne nous lâche pas.  Nous ne sommes quand même pas des kamikazes ! 

Afrique du sud rhinoceros

Repas à 17h00.  Spectacle swazi  et zoulou donné par les zoulous et coucher dans  notre jungle. C’est le paradis : nous, seuls,  au milieu de la nature sauvage ! 
 
Mercredi 10 ctobre 
Lever à 5h30. On nous porte le café, le thé, les biscuits devant notre case où sont installés une petite table et 2 fauteuils. Mieux qu’à l’hôtel.  Super ! Il fait encore nuit.  La brousse autour de nous bruisse de mille bruits d’oiseaux, d’insectes de toutes sortes. 
3ème safari.  Départ à 6h00, avec le froid. Le soleil n’est pas encore levé. Aujourd’hui ce sont les éléphants qui nous font le spectacle. Au bord de la piste, un groupe d’éléphants voraces est en train de dépouiller les arbres. Une grosse éléphante, accompagnée de son petit, n’apprécie pas de nous trouver sur son chemin et craignant pour sa progéniture fait mine de nous charger et avance sur nous à grands pas. Notre guide met la marche arrière et recule en vitesse (il sait que les éléphants n’aiment pas qu’on leur barre la route) .   Le bébé vient nous braver courageusement, secouant ses grandes oreilles comme sa maman.  Edmond, pas rassuré, s’enfile sous le tableau de bord. On a beau être courageux … !! On ne sait jamais … Nous continuons notre chemin, d’autres animaux se réveillent et commencent à se manifester de partout. Girafes, buffles, rhinos, cobes,  etc et nyalas, que nous ne verrons qu’au SWAZILAND.  Ils sont particulièrement beaux avec leurs pelages foncés qui se terminent en caleçons sur leurs jambes rousses. leurs belles cornes  en lyre  et le trait blanc qui sépare leur tête en deux au niveau des yeux. Vraiment un animal splendide ! Et pour terminer ce safari en beauté, un magnifique koudou dont la robe rougeoie aux  rayons du soleil levant, nous offre une magnifique photo. 

Afrique du sud
Afrique du sud

Retour au camp.  Petit déjeuner à 8h30. Royal, salé, sucré, chaud, froid.  Il nous servira largement de repas à midi ! A 10h00 retour à nos camping cars restés à l’entrée de la réserve sous la garde d’un ranger. C’était sensationnel encore une fois. Un souvenir inoubliable.   
L’après-midi nous entamons la montée du col pour repasser la frontière avec l’AFRIQUE DU SUD.  Piste infâme, mais paysages grandioses. Que c’est beau ! Nous arrivons à la frontière à 15h30. Heureusement, elle ferme à 16h00. Redescendons le col de l’autre côté.  Toujours la piste. Paysage spectaculaire. Le soir arrêt en bas du col, en bordure de la forêt, pour passer la nuit 

Jeudi 11 octobre 
Pénétrons au Parc National  KRUGER en milieu de matinée.  Au poste d’entrée on nous donne notre carnet de contrôle. Chaque soir nous devrons le présenter à  l’arrivée au camp .  Car il est obligatoire dans les réserves de dormir dans les camps et de cette façon les rangers peuvent s’assurer que notre carnet est tamponné chaque soir.    
Il y a eu beaucoup d’écobuage dans le camp, c’est un peu une terre brûlée et l’environnement est fatalement moins joli que lors de notre passage en 1997.  Pourtant cela ne nous empêchera pas de voir beaucoup d’animaux, bien au contraire, et aussi des oiseaux. 

Afrique du sud

Nuit au camp de Skukusa. 

Vendredi 12 octobre 
Il fait encore très chaud. Aujourd’hui nous arrivons à voir à peu près toutes les espèces qui occupent le parc : troupeaux d’éléphants traversant la route, zèbres également, buffles, impalas, koudous, cobes,  girafes, hyènes, buffles, lions,  ….. 

Afrique du sud

Dans l’après-midi,  une flopé de vautours perchés sur un arbre nous annonce la présence d’un fauve venant de chasser.  Ils attendent leur tour pour profiter du festin.. Effectivement,, un peu plus loin, nous apercevons la lionne qui vient boire au point d’eau, repue, méfiante, sentant notre présence et le ventre bien gonflé.  Elle a bien mangé et vient boire.   Face à nous, nous avons tout le loisir de l’observer, protégés par les arbres. 

Afrique du sud

Cinq kms plus loin, surprise et émotion : Dans la savane, en bordure de piste, une dizaine de lionnes affalées nonchalamment au milieu d’une clairière :  trois ou quatre lionnes adultes, puis de grands lionceaux jouant. C’est la récréation, sous l’œil d’un lion qui observe tout cela dans un fourré plus loin. 

Afrique du sud lionnes

Nous ne nous lassons pas d’admirer le spectacle et regrettons de partir.  Mais il est tard et avons juste le temps d’arriver au camp avant 18h00, heure de sa fermeture.   Nous n’avons pas le choix, pas question de dormir en dehors d’un camp ! 
En route, tout près du camp, apercevons encore un lion et des lionnes dévorant une proie (apparemment un jeune buffle, ce qu’ils apprécient particulièrement).  Dormons au camp de « Sakara ». 

Afrique du sud

Samedi 13 octobre 
Retournons sur la même piste qu’hier au soir espérant que les lions n’auront pas fini leur repas. Nous rencontrons sur la piste les lionnes allant au point d’eau. Elles avaient laissé la place à sept ou huit hyènes qui avaient investi les lieux. Autour de nous et devant nous, de chaque côté de la piste, c’est un ballet incessant : bagarres, cris.  Une handicapée regarde, mais n’ose approcher. Respectant la hiérarchie, nous voyons à la queue leu leu  les chacals puis les vautours. Scènes  inimaginables ! Nous y passerions des heures. 

Afrique du sud hyénes

Mais nous repartons.  Il le faut car nous avons encore beaucoup de Kms à parcourir dans le Kruger. 
Le soir Jacques, qui est en tête du groupe aujourd’hui, a toujours envie de pousser nos camping cars le plus loin possible. Il est vrai que nous sommes dans une zone superbe, nous longeons une rivière d’un bleu éblouissant et pouvons observer toutes sortes d’oiseaux.  Nous sommes également accompagnés, pendant un long moment, par des dizaines de singes qui courent autour et entre les campings cars, faisant la course avec nous.  Belle cavalcade !  

Afrique du sud

Et fatalement, ce qui devait arriver, arriva….  Nous entrons au camp d’Olifant après 18h00, heure de la fermeture des camps. Nous avons droit à une belle « engueulade » et évitons de justesse le paiement d’une amende. De plus, le camp étant complet, on nous envoie à une annexe plus loin.  Nous voilà donc partis dans la nuit, ayant du mal à nous retrouver au milieu de toutes ces pistes qui se croisent et partent dans tous les sens, pas rassurés du tout.  Nous arrivons enfin au camp de Balule pour recevoir une belle leçon de morale. Le ranger est de mauvaise humeur. Nous nous gardons bien de dire mot et allons manger et nous coucher, sans demander notre reste, heureux de n’avoir pas eu une amende, comme le prévoyait le règlement. 
 
Dimanche 14 octobre 
Continuons à parcourir les pistes du Kruger. Dans l’après-midi nous sortons du Parc par la porte Phalaborwa.  Nous avons passé quelques jours merveilleux. Mais tout a une fin . De toute façon, nous avons encore de belles choses à voir.   Le soir, arrêt avant le col Abel Eramus 
 
Lundi 15 octobre 
Passons le superbe col Eramus.  Le soir, coucher au camping de PILMGRIM’S Rest.   
 
Mardi 16 octobre 
Visite de PILMGRIM’ Rest, ville écomusée des chercheurs d’or. Nous lisons sur un journal qu’un gardien du Parc KRUGER s’est fait dévorer par un lion.  Un frisson !!. Passons le col Longtom, (2150), très long. Nuit sur le parking d’une station service après BELFAST. 

Afrique du sud

Mercredi 17 octobre 
Allons visiter le village culturel N’Debele à KWANDEBELE près de KWANLHANGA.  On y trouve une rétrospective des habitats N’Débélé à travers les époques. Cette ethnie continue à faire vivre un art qui mêle peinture et architecture. Si les hommes construisent les maisons, seules les femmes sont habilitées à en peindre les façades.  Chaque femme suit son inspiration pour mélanger figures et couleurs géométriques. La représentation d’objets ou d’animaux est une exception. 

Afrique du sud

Déjeunons et allons visiter la mine de diamant CULLINAN , exploitation souterraine (Propriétaire De Beers), située dans la ville du même nom.   Le cullinan est le plus gros diamant brut jamais découvert.  Certaines des pierres de ce diamant ornent les joyaux de la couronne  britannique. Faisons une visite guidée, affublés de beaux casques bleus.  Nous avons belle allure ! A la sortie, inutile de dire le nombres de contrôles auxquels nous sommes soumis, avec passages dans des sas particuliers.  C’est inimaginable et un peu compréhensible en même temps. 

Afrique du sud

A la sortie nous nous dirigeons vers PRETORIA, la capitale administrative.  Nous ne faisons que traverser la ville, à cause du  manque de temps. (Mais nous, nous l’avons vue au précédent voyage). Cependant, cette fois nous sommes au printemps austral et avons la chance de découvrir les grandes avenues de la ville noyées sous les fleurs bleues de milliers de jacarandas.  C’est magnifique !! 

Jeudi 18 octobre  Nous rejoignons JOHANNZSBURG en fin de matinée.  Ce voyage aussi nous ne visitons pas la ville. Nous déjeunons dans un Centre Commercial près de l’Agence Maui.  Puis allons rendre nos camping cars.  ELLY nous emmène à l’aéroport et le soir nous prenons l’avion pour LONDRES.  Notre avion part en retard, suite à différents problèmes avant le départ (violent orage, avarie).  Le lendemain matin, à notre arrivée à LONDRES, nous manquons la correspondance pour MONTPELLIER pour quelques minutes.  Les avions étant tous complets,  ce n’est que le soir que nous en avons  pour PARIS,  puis un autre pour MONTPELLIER.  Dure journée !! 

Afrique du sud

Cette fois, nous regrettons de ne pas être restés assez longtemps et d’avoir dû raccourcir certaines visites ou renoncer à certains sites. Il y a tellement de choses à voir.  Mais, encore une fois, nous avons apprécié énormément ce pays. 
R emarques:
• Amélioration de l’habitat pour les Noirs 

• Très, très bon accueil 

• Sud Africains très bons conducteurs, très courtois.  C’est très agréable car nous ne sommes pas habitués à cela chez nous !! Malheureusement. 

Bon voyage a tous, Suzanne et Jean

Afrique du sud carte