Alsace et Vosges en Harley Davidson

Le grand départ

Et hop la*.C'est ce vendredi 21 août 2009 que le grand run annuel des potes montpellierains s'ébranlait sous le ronronnement "Vence et Hines" des treize twins du Bar and Shield. Durée du "calvaire intestinal" hihi 8 jours. C'est après une réception fastueuse à St Pierre d'Albigny  que nous traversons les territoires de l'Ain, de Franche comté, des splendides Vosges, en haut à droite sur la carte pour les nuls, avec un arrêt obligé pique nique au bord de l'eau. A Lons le Saulnier nous perdons, avec un gros chagrin, Victor, travail oblige. Le trajet auto sécurisé par rotations successives (je vous expliquerais) nous permet de rouler prompto sans risque.  Nous entrons comme prévu et pas en trombe sur le territoire de Luxeuil les bains.

On s'instruit

Un petit mot de cette ville méconnue avant délires nocturnes. Ville de thermes depuis l’antiquité (les romains sont passés par là) elle possède une architecture médiévale étonnante . De plus des fouilles viennent de mettre à jour une nécropole mérovingienne dont le "pôvre" Gégé a servi de cobaye. Revenons au terre à terre du voyage, bien qu'un peu de culture n'a jamais tué personne. Nous attendait sous les thermes dans une sorte de théâtre de la renaissance ( caveau des gauch'nots si j'ai bonne mémoire) Chantal et Roger nous gratifiaient d'une choucroute royale. Un délice fait avec amour par ces deux potos des Vosges. Après trois cerises à l'eau de vie les bikers déchaînés nous gratifient des danses du sabot déguisés en je sais plus quoi, assez approchant d'un mélange de Zorro et Karl Lagerfeld. MDR!
Hôtel choisi à Luxeuil, le Lion vert tel:03.84.40.50.66.

Sur la route

Une nuitée tranquille pour faire descendre la choucroute et nous voila repartis direction plein est, le ballon d'Alsace. Attention ce n'est pas un canon de pinard mais bien un mont tout rond et super fréquenté. Parait il l'endroit le plus pluvieux de France, nous on leur a apporté le ciel bleu et l'animation. Puis, rappelez vous, visite de la splendide cathédrale de Thann et à suivre la ville de Munster qui aussi étonnant que cela puisse paraître ne sent pas le fromage mais le géranium. Arrivée fracassante à Turckheim où après avoir réveillé la moitié de la ville on prend nos quartiers à l'hôtel des Vosges, sympathique établissement,  tel 03.89.27.02.37. (Je donne le téléphone des hôtels au cas ou vous auriez oublié des trucs).

Turckheim

A Turckheim arrête-toi et boit dit un poète alsacien, car ici c'est l'empire viticole. Nous on l'a écouté et un apéro aux vendanges tardives c'est le must des papilles. La suite fut une série de gags comme seul les sudistes savent faire: barka dans la rue pavée qui a très très déplu au veilleur de nuit, chants alsaciens au Ricard avé l'accent du midi, photos souvenirs sur engin troué à ressort et surtout visite de Colmar. Au vu du nombre de Gewurt ingurgité nous avons fait venir trois taxis, direction la Petite Venise le must de la ville. Rencontre imprévue avec une membre du GIGN méridional (groupement international des gros nichons). C'est la aussi que j'ai vu Valérie ,qui n'a rien a voir avec le Groupement ci dessus, nous jouer du piano debout...

Riquewihr

Après un sommeil réparateur, nous somme fin prêt pour la prochaine étape je cite Riquewihr, la route des vins. Il y a eu d'autres étapes mais celle là mérite un long arrêt. Village fleuri splendide à flanc de coteaux entouré à perte de vue d'une mer de vignobles.
Un petit train a été nécessaire pour nous faire la visite complète. Jamais le machiniste ne s'attendait à une bande de déjantés de cette envergure. J'ai les noms de ceux qu'ont abusé, j'ai même une vidéo avec bande son, en ligne bientôt MDR. Ici nous nous en donnont a cœur joie et nous ressortons même d'une boutique déguisés en... cigogne. Quand à Alain c'est sa poupée alsacienne qui casse le mythe de bande de sauvages. MDR! Si vous faites des achats gastronomiques il est impératif de s'arrêter chez Thierry et Cathy au centre de la rue principale, un traiteur incontournable. Un petit creux? entrez tout au fond vers les cuisines, vous y serez aux anges. Le couple ci contre.

Château de koenigsbourg

On repart le ventre bien rond, le mien c'est sur, direction le château de koenigsbourg. Un immense château restauré de toute beauté. Son histoire est trop complexe pour être raconté ici mais j'ai entendu qu'il date de Charlemagne et qu'il a été longtemps repaire de brigands. Faites attention quand vous parlez trop prêt de moi, je cafte tout... Comme la plupart des châteaux il surplombe majestueusement la vallée alsacienne, une vue a couper le souffle. Des gendarmettes surveillent la tranquillité du lieu et je commence a flipper à la pensée de notre passage avec 11 X 2 pots débridés certains même carrément libres. Mais tout ce passe bien on a même droit à un petit signe amical. Cette fois direction Blaesheim. J'ai oublié de vous dire qu'on est dans le bas Rhin (67) pas loin de Strasbourg, en Alsace le Bas Rhin est plus haut que le Haut Rhin (Colmar 68).

Blaesheim

Nous sommes accueillit à Blaesheim adorable petit village à une quinzaine de kms de Strasbourg chez Anne qui possède des chambres d' hôtes ravissantes. Anne est à nos petit soins, charmante et dévouée, discrète quand il le faut c'est un lieu privilégié et tranquille où on peut rayonner sur Strasbourg en quelques dizaines de minutes. Incontournable si vous passez dans le coin.
L'adresse: A l'arc en ciel 03.88.68.93.37. demandez Anne de la part des Templiers. Si vous voulez vous en faire une copine parlez lui numérologie.
Le dîner se fera au resto (assez select) "Au boeuf" à quelques cent mètres de chez Anne avec au menu une spécialité le baeckoffe qui avec la choucroute est le plat emblématique de l'Alsace. Une sorte de mélange de viandes et de pommes de terre avec sauce et aromates secrètes, le tout cuit au four a pain. Succulent! Au dessert on se dégotte des articles de plage et de pêche au canard. Vous imaginez la suite. On change de page avec la visite des brasseries Kronenbourg pas triste non plus...

On brasse et on rie

Aujourd'hui journée strasbourgeoise avec visite de l'empire Kronenbourg qui appartient désormais au danois Calsberg. Tant que ça mousse nous on s'en fout. On intègre le parking visiteurs code 1664 (sic). Charline notre hôtesse, vu son physique, n'a pas besoin d'artifices pour attirer l'attention, on est scotché. Rex aux pieds la dame va te montrer! et on apprend que pour un litre de bière il faut 5 litres de flotte, 200 grs de malt, 10 grs de levure et 2 grs seulement de houblon. On apprend aussi que la gigantesque usine de Kronenbourg n'est plus à Strasbourg mais à Obernai. Par contre la dégustation est bien ici mais pas plus de 2 petits verres chacun nous annonce Charline... On reviendra demain pour l'apero on amènera les bretzels.

Strasbourg

Hop la*! nous voila dans la petite France sur la rivière l'Ill où on ose un bateau mouche. Des écouteurs perso nous transportent dans l'univers de la culture et cela nous plonge dans une sorte de coma réparateur après déjà 1200 kms en brêlons. J'en retiens une vue extraordinaire du parlement européen vu du canal, le siège social de TV Arte et le passage d'une écluse par la méthode traditionnelle (photo ci jointe). En aparté la petite brune à droite en haut était un vrai... bonbon.  J'ai omis de vous conter le splendide resto du repas de midi "au tire bouchon". Pas facile de loger et servir plus de 15 personnes chaque fois. Je suis toujours étonné du professionnalisme de ces restaurateurs mais vous verrez plus loin que quelquefois ça foire...

Cathédrale de Strasbourg

Impossible de quitter Strasbourg sans visiter sa cathédrale. Celle ci possède entre autre une horloge à calendrier perpétuel avec des automates, les apôtres, qui tous les quarts d'heure se mettent en mouvement. Spectaculaire et grandiose ce qui attire aux heures stratégiques un monde fou. Ce soir le dîner se fera aux Marronniers au village de Stutzheim avec comme spécialité les Flammekuches. Encore un délice alsacien. La pluie s'en mêle et retour chez Anne sous un déluge. C'est maquillé de rigoles d'eau qu'on intègre nos chambres dans un rare silence de mort, un bébé dormait a coté. Chapeau de s'en rappeler après les nombreux Gewurt.

Geradmer

On quitte "l'arc en ciel" ce mercredi direction la route des cols et Cornimont. On attaque fort les virolos, j'avais oublié de descendre ma visière et j'ai eu un lifting gratos. On a les yeux plantés dans les paysages superbes propres et fleuris, des lacs partout, on pique nique dans la montagne en plein parc national des ballons. Arrivé à Gérardmer on décide une bataille navale en louant des pédalos et des bateaux électriques pour les plus fainéants. Personne n'a coulé, personne ne c'est noyé on peut repartir tranquille. Prochain arrêt, toujours si ma mémoire ne fait pas défaut, l'antre du diable où on bloque la circulation pour une photo souvenir. Et ça repart encore pour une entrée assez bruyante dans Cornimont avec un arrêt programmé au très sympathique Charlemagne 03.29.24.10.71.
Depuis qu'on avait pris la route tout fonctionnait trop bien, il allait se passer quelque chose...

Premier clash

Il était donc prévu ce soir là une autre spécialité, vosgienne cette fois, la vosgiflette (à base de Munster). J'avais les yeux plantés sur mon ventre qui me paraissait démesuré. Le restau choisi, "l'auberge du Tilleul" à quelques kilomètres du Charlemagne. Réservation faite pour 20 personnes. Nous y sommes reçus par une matrone ( gardienne de prison pour les incultes) genre grognon hypocondriaque qui se met a nous agresser sans raison apparente (sic). Après un court instant de consternation le résultat ne s'est pas fait attendre on évacue toutes les tables. On a retrouvé par hasard le lendemain le groupe qui mangeait à la seule table occupée, ils étaient encore plus sidérés que nous. Si vous passez dans le coin arrêtez vous à ce restau, l'auberge du tilleul, sur qu'ils vous feront aimer les Vosges...

Cornimont  

On rétablit très vite la situation le Charlemagne nous accueille, à 20 et à 20 heures ce n'était pas évident. Comme me disait très justement Mimi ici on a affaire à des pros". Ben après la tornade le ciel bleu, cette soirée fut pour nous tous mémorable, un repas succulent construit en moins de 20 minutes, une ambiance de folie où toute la salle a participé. Ci dessus les filles font la queue pour embrasser le cuistot (il est timide m'a dit sa femme?), l'énigme c'est qu'elles se remettaient dans la queue chaque fois... Super établissement très sympathique: Le Charlemagne à Cornimont (Vosges) 03.29.24.10.71. qui mérite un détour.
Nous sommes déjà Jeudi, direction Chaux neuve avec arrêt au couvent des Cordeliers. Magistral couvent reconverti en musée, brocante et restaurant. La coutume veut que tu fasses cuire ton lard dans l'âtre pendant que le patron, pour ne pas que tu fondes, t'amènes un verre de blanc. Ci dessus la poêlée du laboureur qui nous a emmené directement sur la pelouse pour une sieste réparatrice. A noter le bagout du patron qui a lui tout seul mérite une halte. Les Cordeliers (Lieu dit les Thons, on n'invente rien) 03.29.07.90.84.

C'est la fin du trip

En parlant de bagout j'ai squatté l'admirable Germaine. C'est la patronne de la petite fabrique de jouets en bois vosgien dont je ne me souviens plus l'adresse. Germaine faut l'écouter ce n'est plus du bagout c'est du Pagnol... avé l'accent voooosgien. Ci contre.
On s'approche de la Suisse et les routes sont de plus en plus encombrées (les frontaliers). Ça se calme avec l'escalade vers Chaux neuve situé vers la source du Doubs en région Franche comté donc dans le Jura le pays du vin jaune... Hôtel des plus agréable le "grand git" 03.81.69.25.75. (Nelly et Alain).
Retour à St Pierre d'Albigny, après passage à la concession d'Annecy acheter en douce un petit cadeau collectif à nos deux organisateurs Linlin et sa charmante épouse Domi.
La semaine est terminée, trop vite, mais sans aucun pépins (ouf).
Totor et Jaja nous attendent en ayant pour le dernier jour préparés un festin. Et la fête continue tard dans la nuit le retour le lendemain sur la grande bleu fut  pénible et surtout déprimante la plaquette de Rennie y est passée hihi. Une tranche de vie vient de se terminer, allez courage faut reprendre le boulot!
Nota: Ce reportage a été dépouillé sciemment de certains passages important pour éviter d'en faire une encyclopédie, je pense notamment a toutes ces petites villes splendides traversées, tous ces lacs étonnants et même Saint Claude, l'empire de la veritable pipe ...
*Tous les alsaciens commencent leurs phrases par Hop la?


Reportage Mimi et Alain pour tripriders

Architecture alsacienne

mimi et Alain les redacteurs de tripriders.org

Les cigognes

Les cigognes

Toute l'équipe

plaine alsacienne

vue du Koenigsbourg

Recette de la biére

Riquewihr traiteurs au top

Le menu du matin a lire absolument!

vue du Koenigsbourg

Les vignes alsaciennes

Le plus beau village alsacien ci dessous