LiveWire Harley Davidson

La moto électrique d'Harley Davidson, une blague?

live wire Harley Davidson

Non une spectaculaire réalité! La LiveWire a tourné la tête des dirigeants de la firme de Milwaukee qui a bâti son bonheur sur le bon twin à refroidissement à air et au son particulièrement...particulier. Je rentre de Faaker see où j'ai vu plus de 100 000 bikers cheveux longs, barbes, tatouages, chromes et cuirs patchés et honnêtement je les vois mal, sinon pas du tout, au guidon de ce truc, a part les bikers de la pub TV humoristique qui passe actuellement ou quelques bobos en mal de notoriété. Cherchons donc une explication plausible... à presque 34000 € le bestiau.

Une explication s'impose

Moto électrique Livewire

Plusieurs réponses s'enchaînent la première est bien sur de suivre l'évolution du monde sur la diminution de la pollution et du bruit. Mais aussi le marasme sérieux des ventes aux USA qui entraine une diversification et une décentralisation obligée et intelligente des productions à l'étranger (voir le très déplacé coup de gueule de Trump contre Harley). Déja un refroidissement liquide et une injection captérisée nous avaient laissé sans voix alors une bécane genre gros jouet sifflant pour mon petit-fils, faut voir! Une autre raison est le vieillissement de la clientèle qui ne se renouvelle pas, à part peut être en Europe ou en Asie, mais pour combien de temps. Donc l'avenir de notre vieille marque passerait elle par un changement radical de valeurs qui ont fait son succès je n'en suis pas si sur ou alors ce sera long très long et Harley comme toujours est déja en ligne.

Ce qu'on sait de la LiveWire

Moto électrique Livewire

Couleurs:  jaune, noir et orange (voir les photos ci-dessus).

Puissance: 105 CV

Couple: 116 Nw

Vitesse maxi: 177 kms/h

Accélération: 100 m en 3,5 secondes.

Autonomie: 158 km en ville

Batterie: garantie 5 ans ( à charge rapide de chez vous)

Hauteur de selle: 78 cm

Prix: 33 900 euros

Pour la partie-cycle: elle a un petit air des Buell d'antan, un cadre en aluminium, faux réservoir, fourche inversée ,double bras oscillant, un seul amortisseur arrière mais réglable, un bruit presque inexistant genre sifflement. Reconnaissons-lui quand même un bon look général, on voit un proto très travaillé qui peut plaire. Attention c'est un engin plutôt solo quant à la hauteur de selle ça exclut les petits. Il lui faut bien quelques défauts
À quoi s'attendre sur route: comme tous les engins à moteur électrique elle démarre comme une balle, ne cherchez pas à changer de vitesses il n'y en a pas. On accélère et on freine c'est tout, ne cherchez pas l'embrayage à la poignée c'est une illusion d'optique.

En conclusion

Moto électrique Livewire

Vous avait deviné que l'on est loin d'être conquis par ce projet exaspérant pour le monde des bikers qui tiennent à leurs traditions mais on n'est pas idiot non plus, la réalité des marchés et des évolutions du monde fait qu'il faudra s'incliner si on vit assez vieux pour voir toute cette réalité.

Très personnellement je me laisserais bien tenter par la LiveWire pour frimer en ville mais son prix, certainement justifié, me casse illico cette envie.

Une info en passant sur l'usine de Rayon en thaïlande. Cette usine décentralisée vers Pattaya et malgré les polémiques enregistrées aux USA va permettre à Harley de proposer des motos à des prix européens car les taxes d'exportation vont tomber (une Road Glide à Bangkok est vendue 58000 euros). Le sud-est-asiatique est très demandeur et pas que la Thaïlande, succès assuré surtout si Harley se met au scooter, et qui sait la LiveWire leur permettrait de combattre leur énorme pollution.

La bête en action

Pour me faire pardonner mon scepticisme ci-dessus une vidéo diffusée par Cycle World sur You Tube et concernant le Livewire en plein essais et tests. À vous de vous faire une idée. Le lien avec le constructeur un clic ici.

Mise à jour 2019: il semblerait que cette bécane ait été retirée provisoirement de la vente en septembre 2019, la batterie ou la charge serait en cause. 

Mise à jour 2020: tout est rentré dans l'ordre ce désagrément ne touchait qu'un seul exemplaire, c'était donc une mesure de précaution.